Rechercher
  • Laure Dussuet

J'ai Dit "à-Dieu"

Ces dernières semaines, il y a eu et il y a encore beaucoup de petites et grandes “morts intérieures”. Ces parties de nous, que nous quittons, qui meurent véritablement.

Tel un au revoir, la Vie nous rappelle parfois, qu’il est bon d’en prendre conscience. De les honorer, pour ce qu’elles nous ont apporté. Et se s’honorer, pour qui l’on devient.

Quelques heures avant de prendre l’avion pour l’Inde, j’ai été appelée à visiter une église… voici l’histoire que j’ai vécu. Surprenant. Cela m’a touchée profondément.


A travers cette histoire, prenez le temps pour vous honorer. Vous, le merveilleux chemin parcouru, et ces vieilles, toutes vieilles parties de vous, qui sont parties à tout jamais.



J'ai dit « à-Dieu» ¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨¨

Cet après-midi, j’ai entendu l’appel d’aller dans une église. C’était important. Je suis entrée dans une que je ne connaissais pas. L’Eglise de Saint Martin.

Je vais souvent dans des églises de part le monde. Par curiosité. Pour me recueillir. Mais là. Pour la première fois: je rentre et je vois un panneau où il y a inscrit «chapelle funèbre, veille de Madame Rose ..».


Flèche à droite.


J’ai été scotchée. Je me suis arrêtée net. Touchée. J'ai regardé le tableau.

Tremblante de l intérieur, je me dis « non... c'est pas pour moi ». J'ai contourné le tableau. Et j'ai senti à cet instant que je devais y aller.


J'ai pris mon temps. Je voulais encore y échapper.

Je me suis installée au milieu de l'église. J'ai accueilli la lumière du christ, c'était beau. Puissant. Doux. Comme jamais je l’ai senti avant. J'entends l'appel, j'ai pris mon courage et je me suis dirigée vers la chapelle.


De ma vie j’ai seulement vu ma grand-maman morte.

Et me voilà. Devant le cercueil ouvert. À passer quelques instants avec Rose.

Par instant je croyais qu’elle respirait encore. Qu’elle allait se réveiller. Les mains en prière. Avec un chapelet.

Elle était belle. Rose. Elle est née en 1920. Elle avait 98ans. Elle a vécu presque un siècle sur cette terre.

J’ai accueilli ma peur des morts.


Et puis j’ai remercié. Cette dame que je ne connaissais pas. Les Anges et le Christ qui étaient là.

J’étais dans ma Lumière.


J’ai dis « à dieu ». À toutes mes vieilles parties. Celles qui sont mortes. Je leur ai rendu hommage. Du cœur. D’un geste de la main.


Et je me suis levée. Légère. Le cœur ouvert.

Et en sortant. Voilà que quelques couples approchent. Je dis bonjour et je pars.. honorée par ce moment. Par ce partage.



Merci Rose.