Rechercher
  • Laure Dussuet

Vivons-nous nos émotions?


Dès tout petit, nous apprenons les émotions. A les reconnaitre chez nous en les reconnaissant chez les autres. Les tous petits savent généralement très bien vivre leurs émotions. Quelque chose se passe en eux, ils expriment en criant, en gesticulant, et 2 secondes après, voilà qu’ils rigolent en oubliant complètement leurs larmes.


On a oublié de fonctionner ainsi.


Pour certains, on n’a pas appris à reconnaitre les bonnes émotions. On va sourire alors qu’on veut pleurer ou crier. On n’est pas capable de ressentir la différence entre la peur et la tristesse. Pour d’autre, l’éducation des parents et de la société ont fait que ce n’est pas autorisé d’exprimer ses émotions. De suite on est réprimandé. L’exemple le plus flagrant, c’est la colère chez les femmes qui est corrigée depuis petite, ou qui n’est pas exprimée de part la peur de la violence (vécue). Chacun vit à sa manière ses blocages émotionnels, ses incompréhensions. Mais le plus souvent, on contient, on garde à l’intérieur. Ses émotions non comprises, refoulées, peuvent donner des maladies, ou venir cacher des blessures tellement profondes que l’on préfère tout contenir.


On contient tout dans une amphore. Une fois celle ci pleine -au fil d’une vie, voir même de plusieurs- on “vide la soupape”, juste ce qu’il y a de trop, pour que l on puisse continuer à respirer. C’est à dire, on réagis, un peu comme on peut, très maladroitement, souvent en déversant sur les autres, ou en provocant des histoires abracadabrantes dans nos vies.

Il s’agit d’aller remettre de l’ordre dans nos émotions, de savoir quoi et quoi, d’apprendre à les évacuer, et de s’atteler à vider l’amphore, pour que l’on puisse se calmer et ne plus fonctionner en mode “soupape”.


Parfois, si l’on a eu une vie avec de lourdes souffrances, on va aller même jusqu’a se couper des émotions. Se couper de cette partie de nous. On ne ressent plus. On devient à moitié comme un robot pour pouvoir continuer à fonctionner dans le monde que l’on a créé. D’autres part, on va chercher des sensations fortes, pour avoir l’impression d’exister pleinement. Tel du trekking, des sauts en parachutes, des voyages extraordinaires. Tout cela pour se sentir exister. Là aussi, on a besoin de se re-connecter à nos émotions.


Non, dans notre société nous avons oublié de vivre nos émotions. Je propose que l'on remédie à cela.